Comment travailler dans la logistique international ?

Le secteur de la logistique internationale prend de plus en plus d’ampleur dans notre société. Ceci est dû à la multiplicité des échanges et à l’évolution des moyens de transport. Avec la mondialisation des échanges, le boom de l’e-commerce et le développement du tourisme, ce secteur continue d’afficher sa bonne santé. Et les débouchés en termes de métiers s’annoncent aussi prometteurs.

Présentation du secteur de la logistique internationale

Il n’est pas rare que le secteur de la logistique soit confondu à celui des transports. En vérité les deux domaines sont étroitement liés. Les activités de la logistique concernent toute l’organisation autour des transports, servant ainsi de lien entre la production et la distribution. Le secteur ne connaît absolument pas de crise. Il se développe partout dans le monde, à travers la route, les rails, les airs, la mer, les fleuves : les moyens de transport utilisés sont très diversifiés.

Avec les délocalisations de nombreuses entités de production et l’intensification des échanges commerciaux à l’échelle internationale, la logistique s’est aussi ouverte à l’international. La plupart des multinationales dans l’industrie, les services, la banque, l’humanitaire ont leur direction logistique. L’intérêt : organiser et mieux gérer les flux de produits, de matières premières, de matériels et de déchets qui transitent par leur entreprise. Éviter les ruptures de stocks, les retards, les dégradations et les problèmes de coordination qui engendrent souvent d’énormes pertes d’argent.

Les débouchés de la logistique internationale

Le grand essor de l’e-commerce en l’espace de quelques années a servi de tremplin au développement de la logistique internationale. Un nouveau mode de consommation est né et laisse entrevoir des débouchés intéressants au secteur. Même constat pour le transport de voyageurs à travers le développement du low-cost aérien, ou les croisières en mer, ou encore de l’apparition des trains qui relient plusieurs pays.

En conséquence, les métiers découlant du secteur sont composés d’une diversité de profils sollicités à tous les niveaux. La logistique internationale ne cesse d’évoluer et de se moderniser suivant la croissance des échanges. Selon des études prospectives des métiers et des qualifications réalisées par la Dares et France Stratégie, près 800 000 postes de travail sont à pourvoir à l’horizon 2022, engendrés en grande partie par les futurs départs en retraite.

Quelles qualités requises pour travailler dans la logistique internationale ?

En plus de la formation académique, plusieurs qualités personnelles et professionnelles sont nécessaires aux métiers de la logistique internationale :

L’organisation : elle est impérative à tout bon logisticien qui est un maillon dans une chaine de travail assez complexe. Par conséquent toute inattention ou désorganisation peut porter un grand préjudice à son entreprise.

La maitrise de l’outil informatique : le domaine de la logistique est très informatisé. C’est une profession qui nécessite une bonne connaissance du monde numérique et des nouvelles innovations technologiques en la matière.

La maîtrise de l’anglais : l’anglais reste et demeure la première langue la plus parlée dans les échanges internationaux. Sa maitrise est incontournable pour faire de la logistique internationale.

Comment accéder aux métiers de la logistique internationale ?

Précédemment ouvert à des profils peu qualifiés, le secteur de la logistique internationale et du transport connaît aujourd’hui une hausse de niveau de qualifications.

Sans le BAC, il est possible de faire une formation en CAP agent d’entreposage et de messagerie, ou un BEP logistique et commercialisation. Mais il est de plus en plus demandé aux candidats d’avoir la compétence de cariste.

À ce niveau, les besoins en recrutement sont importants. Une évolution est possible vers les fonctions de chef quai, de chef magasinier, de responsable d’entrepôt ou de gestionnaire des stocks, à la suite d’un bac pro.

Pour occuper des postes de techniciens, il faut opter pour un BAC+2 ou un BAC+3 dans une école spécialisée ou dans une IUT (institut universitaire de technologie).

Il est aussi possible de choisir un BAC+5 qui équivaut à un master universitaire / spécialité : transport ou logistique. Les titulaires de ce diplôme peuvent assurer le poste de responsable de gestion, d’exploitation ou de commercialisation.

Plusieurs écoles de commerce proposent des masters « supply chain » : HEC, l’ESC-EAP, l’Essec, etc. Dans le domaine de l’aéronautique, l’ENAC (École nationale de l’aviation civile) à Toulouse est une référence accessible sur concours : après le BAC ou après un BAC+2 en électronique.

 

Auteur de l’article : CVwebDK

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *