La tenue d’un audit légal : une nécessité pour optimiser la gestion d’une entreprise

La tenue d’un audit légal

La croissance d’une entreprise dépend de plusieurs facteurs. Hormis les performances du personnel, il faut également se pencher sur les finances de l’établissement. Une comptabilité erronée conduira le dirigeant à prendre de mauvaises décisions. C’est pour cette raison que certaines sociétés sont soumises à la tenue d’un audit légal annuel.

Comprendre l’importance d’un audit légal

De nombreux directeurs redoutent la tenue d’un audit légal. Ils craignent d’être sévèrement réprimandés par le comité de direction. Pourtant, une vérification des comptes est de mise pour appuyer le développement de la société. Le commissaire aux comptes se penche sur les opérations financières réalisées et va déceler les anomalies ou encore les irrégularités. En outre, il questionne les comptables sur les projets en cours afin d’avoir des suppléments d’information. Ce contrôle effectué par un auditeur externe est crucial pour rassurer les actionnaires. Au terme de l’audit, ces derniers recevront un rapport détaillé sur les finances de la compagnie. Chacun saura alors exactement les bénéfices générés par l’enseigne.

Pour certains établissements, cette formalité sert à certifier les états financiers qui seront envoyés aux services fiscaux. Si les documents sont signés par un commissaire aux comptes indépendant, les autorités compétentes n’auront aucune raison de suspecter une fraude. Ainsi, l’audit légal sert aussi à prévenir d’éventuels litiges avec quelques entités publiques.

Dans tous les cas, ce procédé donne les moyens d’obtenir des prévisions exactes. L’auditeur analysera les dépenses et les investissements effectués au cours de l’année et il fera par la suite une projection. Cela permettra d’anticiper les problèmes de trésorerie et d’avoir une vision plus réaliste de l’avenir de la compagnie.

Quelques conseils pour mener à bien un audit légal

Un audit légal requiert l’intervention d’un commissaire aux comptes. Il peut s’agir d’une personne physique ou morale. Dans les deux cas, l’auditeur aura un mandat de 6 ans durant lesquels il procédera annuellement à une vérification.

Cette mission ne peut pas être confiée à une personne rattachée à l’entreprise. En effet, un conflit d’intérêts aura lieu si jamais des détournements et des malversations sont identifiés. Cela pourrait alors dissuader le responsable de dénoncer ses collaborateurs.

En sollicitant une agence d’expertise comptable, on parvient à éviter ce genre de situations. Les dirigeants pourront être sûrs de l’impartialité du commissaire aux comptes. Ce dernier examinera la comptabilité de la compagnie avec minutie afin d’identifier les problèmes qu’il faudrait résoudre. Les directeurs pourront par la suite se fier à des états financiers exempts de fautes.

 

 

 

Auteur de l’article : CVwebDK

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *